This is adsence

enquetes.speciales01Jeudi 5 août à 20:35, France 2 lancera “Enquêtes Spéciales”, un nouveau magazine d'investigation qui sera présenté par Paul Nahon et Bernard Benyamin. Dans chaque émission trois reportages vont nous permettre de revenir sur des événements qui nous ont tous marqués au cours de ces dix dernières années afin de mieux les comprendre et de savoir ce que sont devenus les hommes et les femmes qui ont été les acteurs ou les témoins de ces faits d’actualité…

Du coup, le traitement de l’information n’est plus le même : témoins qui acceptent de parler (le temps a fait son œuvre…), retour sur archives et investigation pour éclairer d’un jour nouveau un grand événement. C’est ce que vous proposent chaque jeudi soir du mois d’août le tandem créateur d’“Envoyé spécial” : Paul Nahon et Bernard Benyamin. Pour chaque numéro, un grand témoin interviendra et nous livrera ses commentaires sur les reportages diffusés.

Pour ce premier numéro d’“Enquêtes Spéciales”, Paul Nahon et Bernard Benyamin recevront comme grand témoin, l’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt qui vient de publier Concerto à la mémoire d’un ange aux Editions Albin-Michel.

Les reportages :

Trésors enfouis des Pharaons
Les découvertes archéologiques ont toujours fasciné les Français. L’Egypte, son histoire et les fouilles font rêver et attirent de nombreux touristes. Mais, qu’en est-il aujourd’hui des missions archéologiques françaises ? Plus d’une dizaine d’années après la localisation et la remontée d’une importante quantité de statues du phare d’Alexandrie par l’équipe de Jean-Yves Empereur, Christine Lenief pour “Enquêtes Spéciales” est allée en Egypte rencontrer les archéologues français des plus grands chantiers de fouilles.

Christophe Thiers à Karnak, Alain Zivie à Saqqarah et Jean-Yves Empereur à Alexandrie. En remontant le Nil comme les premiers voyageurs pouvaient le faire, elle fait également le point sur ce tourisme qui est en train peu à peu d’évoluer vers plus de sens, plus d’authenticité. Aujourd’hui, le gouvernement égyptien investit énormément dans la protection de ses sites archéologiques, manne touristique importante.
Même si le directeur du Conseil suprême des antiquités, le docteur Zahi Hawass réclame à différents pays, dont la France, la restitution des monuments égyptiens qui sont exposés notamment au Louvre, le travail des archéologues français sur place se fait toujours en collaboration étroite avec leurs homologues égyptiens. D’ailleurs à Karnak une mission franco-égyptienne est en train de mettre au jour des thermes magnifiques de l’époque grecque. Fouilles et tourisme sont aujourd’hui en Egypte les principales sources de revenus du gouvernement ; l’un des secteurs d’activités dans lequel il investit le plus… Même si parfois ce sont les Egyptiens qui en font les frais.

Quand souffle la tempête
Leur nom est synonyme de désolation : Martin et Lothar (1999), Klaus (2009) ou Xynthia en janvier 2010... En quelques heures, elles ont défiguré le paysage, balafré les villes, bousculé les hommes. Et tué : plus de 300 morts et des centaines de vie bouleversées. En 15 ans, les tempêtes dévastatrices se sont multipliées en France. Ici et là, les stigmates de ces coups de vent magistraux ou de ces raz-de-marées sont toujours présents. Au détour d'une forêt, à la cassure d'un bâtiment, mais aussi et surtout dans les mémoires de celles et ceux qui ont vécu ces ouragans. Ils sont victimes du vent ou de la mer, secouristes sur l'île de Ré, agents ERDF, forestiers de l'Office national des forêts dans les Landes ou responsables météo à Toulouse.

Aux sources du traumatisme, les acteurs clés de ces épisodes météorologiques inédits s'interrogent : quelles leçons en tirer ? Peut-on vraiment prévenir ? Et surtout comment reconstruire ? Comment se reconstruire ?

Michel et Marie-France sont des victimes, sinistrés miraculés de la tempête Xynthia. Ce couple de jeunes retraités avaient décidé de prendre sa retraite à l'Aiguillon-sur-Mer. En quelques minutes, la tempête Xynthia a balayé 40 ans de leur vie. Jour après jour, ils nous font partager leur véritable parcours du combattant, épuisant physiquement mais aussi et surtout psychologiquement, pour retrouver un peu de leur vie quotidienne…

Bingo pour le Loto

Gagner le gros lot de la Française des jeux, tout le monde en rêve. Régulièrement, 14 millions de Français tentent leur chance et se voient déjà vivre au soleil, rentiers et plus tard léguer une fortune à leurs enfants et arrières petits-enfants. Marisa Cattini a retrouvé des heureux gagnants : 17 millions de francs soit 2,6 millions d’euros !!!

Mais il n'y a pas que le loto qui fait rêver. Le bingo traditionnel, celui des associations, vous connaissez ? Imaginez une salle communale, des accros de 7 à 80 ans assis devant des cartons et des jetons, un silence religieux, juste le bruit d'un boulier, des chiffres égrenés et puis... un grand cri : Bingo ! Gagné ! Le gagnant, celui qui a rempli une grille complète, se lève et récupère son lot. Il y en a de toutes sortes, panier garni, téléviseur écran plat, séchoir à linge, jambon entier... Puis le gagnant reprend le jeu. Et ça dure des heures, des journées. Chaque semaine, partout en France, on s'adonne à ce jeu centenaire dans l'espoir de gagner une voiture ou simplement de passer du bon temps en famille, avec les amis. Le loto permet aux associations de boucler leur budget annuel, de faire une bonne action. C'est aussi le moyen pour certains organisateurs de s'enrichir rapidement au mépris des lois. Ceux-là risquent gros, redressement fiscal voire une condamnation et de la prison.

Marisa Cattini pour le magazine “Enquêtes Spéciales” a suivi des joueurs passionnés et des organisateurs et rencontré des millionnaires du Loto de la Française des Jeux. L'exemple parfait d'une vie sans soucis.